L'héliotrope

Description :

Du latin heliotropium (qui se tourne vers le soleil), les héliotropes sont des plantes annuelles à feuilles persistantes, hautes de 30 à 60 centimètres, à tiges rigides et ligneuses.

Les fleurs (de juillet à octobre), au parfum doux et vanillé, sont d'un bleu plus ou moins foncé.

L'héliotrope

(Héliotropium – Famille des borraginacées)

Symbole d'attachement et de joie de vivre : « Je suis ébloui par vous et ne vois que vous », disent-elles ; «nos âmes sont unies ».

Septembre 2004, Jardin de Bagatelle, Paris.


Historique :

L'héliotrope servit à orner majestueusement la tête d'empereurs romains et d'Asie.

Elle est également à l'origine de l'auréole chrétienne, cercle doré au front des saints, des anges ou de la Vierge.

Ce symbolisme double, on le trouvait déjà dans la Grèce antique.

Ovide nous rapporte dans ses Métamorphoses la tragique légende de Leucothoé : le soleil avait abandonné Clytia pour Leucothoé;

Elle voulut s'en venger en dénonçant sa rivale à son père et le soleil, irrité, plongea Clytia dans les ténèbres d'une grotte où elle mourut.

Quant à Leucothoé, punie d'avoir porté un enfant du soleil, elle se transforma en héliotrope pour ne jamais perdre de vue son ancien amant...

Le philosophe platonicien Proclus, lui, voyait dans cette fleur le symbole de la piété, parce qu'elle se tourne inlassablement vers son créateur.

L'héliotrope a aussi des fonctions divinatoires : selon le Maître Albert, sa tige placée sous votre oreiller donne des rêves prémonitoires, de même qu'elle transforme en devins les somnambules.

Enfin, des fleurs d'héliotropes écrasées rentrent dans la composition d'exorcismes rituels...
Ne sont-elles pas l'une des douze fleurs sacrées des Rose-Croix ?