L'iris

Description :

Il existe de très nombreuses variétés d'iris, dont le plus connu est probablement l'iris hollandica des fleuristes.

Ils portent le nom de la déesse-messagère grecque Iris, qui utilise l'arc-en-ciel pour ses courses, l'iris existe d'ailleurs sous presque toutes les couleurs, blanc, rose, bleu, jaune ou violet.

L'iris

(Iris – Famille des iridacées)

Symbole de paix, de tendresse et de... bonne nouvelle, l'iris, quelle que soit sa couleur, est donc celui qui parle de bonheur sans nuages.
Il symbolise ainsi la sagesse et l'intelligence dans l'amour.
   
Iris, Jardin André Citroën, Paris (2004)
 

Historique :

Pour les Grecs, la messagère Iris est le lien entre les dieux et les hommes.

Certains la croyaient dotée d'un pouvoir psychique surnaturel.

On en a fait également la mère d'Eros, qui serait né de son union avec Zéphyr.

On ornait à Rome les temples de Junon de guirlandes d'iris, qui passaient pour sacrées.

La fleur est du reste associée à la chute de la royauté : rentrant de guerre, Sextus Tarquin s'arrêta chez Lucrèce, la femme de son cousin, et attendit la nuit pour la rejoindre et tenter de la violer.

Comme elle résistait avec énergie, il la menaça de mort et Lucrèce dut se plier à ses désirs... Mais le lendemain, elle se drapa dans une guirlande d'iris de Junon, fit venir son mari et lui rapporta l'horrible méfait du Roi.

Puis elle se poignarda et, sous la bannière du mari Junius Brutus, Rome se révolta et chassa les Tarquin.

Selon certains héraldistes, la fleur de lis de nos Rois de France serait en réalité l'iris jaune des marécages, fleur bien connue des Francs et qui ressemble de plus près à la représentation stylisée.

Cet iris d'eau est associé à la richesse dans toute l'Europe du Nord, réputation qui pourrait provenir de cette légende bretonne : traversant un marais, une compagnie de Romains transportant un trésor fut attaquée par des Bretons.

Ils durent abandonner leur trésor et depuis lors, de grands iris dorés veillent jalousement sur les coffres et les squelettes, entraînant tous les curieux au plus profond des eaux.

En Inde, l'iris est associé à des magies, mais pas avant d'être préparé à cet effet; on doit l'acheter sur pied, le payer d'un gâteau fait de blé de moins de trois mois et de miel, d'écrire alors avec une épée trois cercles alentour.

Puis on arrache le rhizome et, avant de le débiter en tranches, il faut l'élever en l'air en remerciant le ciel.

L'on peut maintenant exercer la magie.

Mâchez une tranche du rhizome avec du miel, pensez à une formule magique et criez : svaha ! Alors avalez le tout et dites seulement : le Roi est à moi, pas à toi !

Par la suite, quelle que soit la discussion et les personnes présentes, on se rangera à votre avis.

Début mai, les Japonais prennent un bain avec des iris : ils seront toute l'année protégés des maladies et des mauvais esprits.

On met du reste des iris sur les toits des maisons pour les garantir du feu et il arrive même, si le toit est de chaume, qu'on y fasse pousser la plante.