BAYEUX (Calvados)
(Arrondissement de Bayeux -  Canton de Bayeux)

Région : Normandie.

Population : 13.917 Bajocasses ou Bayeusains en 2014.

 

Le 6 juin 1944, les Alliés débarquèrent sur la côte normande. Des unités britanniques atteignirent la périphérie de Bayeux à la tombée de la nuit

et le lendemain la ville devint la première ville française à être libérée.

 

 

Le cimetière Britannique

 

 

Vue aérienne avant 1970.

 

A proximité de Bayeux, des installations médicales furent rapidement installées afin de soigner les hommes blessés dans les combats et l'Armée Britannique construisit une rocade autour de la ville. Le boulevard Fabian Ware qui longe le cimetière porte le nom du fondateur de la War Graves Commission.

 

Le mémorial.

 

Le mémorial de Bayeux, situé en face du cimetière militaire commémore les 1807 soldats

(1.536 Britanniques, 270 Canadiens et 1 Sud Africain)

qui sont tombés pendant la Bataille de Normandie

et l'avance ultérieure vers la Seine, et qui n'ont pas de tombe reconnue.

 

Le cimetière et le Mémorial furent tous deux conçus par Philip Hepworth.

L'inscription signifie :

"Nous, autrefois conquis par Guillaume, avons maintenant libéré le pays natal du Conquérant".

 

Le cimetière britannique.

 

Le cimetière militaire britannique de Bayeux est le plus grand cimetière du Commonwealth de la Seconde Guerre Mondiale en France.

 

Ce cimetière, comprend 4.648 tombes, qui se dénombrent selon les pays :

 

3.935

Royaume Uni

    3

France

   181

Canada

    2

Tchécoslovaquie

    17

Australie

    2

Italie

      8

Nouvelle Zélande

    7

Russie

      1

Afrique du Sud

 466

Allemagne

     25

Pologne

     1

Non identifié

 

Le cimetière comprend les tombes de soldats qui avaient tout d'abord été enterrés

sur les champs de bataille, et de ceux

qui succombèrent à leurs blessures dans les hôpitaux militaires de Bayeux.

 

Les forces du Commonwealth débarquèrent sur les plages Gold, Juno et Sword de bonne heure le matin du jour, dans une mer agitée et sur un sable qui rendait leur progression difficile, soutenues par un puissant barrage de navires de guerre, de roquettes lancées depuis les barges de débarquement et par les bombardements des forces aériennes.

 

Commencé pendant la guerre, le cimetière fut terminé en 1952

et est maintenant la dernière demeure de plus de 4.100 soldats du Commonwealth,

dont près de 340 demeurent non identifiés.

Environ 500 soldats d'autres nationalités y sont également enterrés.

 

Les premières vagues de troupes d'assaut se heurtèrent à des barbelés, des obstacles sur la plage, des mines et le tir des mitrailleuses provenant des propriétés en bordure de mer et des blockhaus en béton. Après avoir réussi à franchir les plages en se battant, les soldats d'infanterie et les équipages des chars continuèrent le combat d'une maison à l'autre dans les villes du bord de mer et poursuivirent leur percée à l'intérieur des terres dans la chaleur de l'après-midi. A la tombée de la nuit, plus de 156.000 soldats alliés se trouvaient sur le sol français. Environ 130.000 d'entre eux, parmi lesquels environ 75.000 soldats du Commonwealth étaient arrivés par la mer.

 

 

La croix du sacrifice ou croix de guerre, réalisée par Sir Reginald Blomfield

pour la commission des tombes militaires du Commonwealth.

 

Au cours des jours suivants, les forces du Commonwealth firent face à des contre-attaques déterminées pour contrôler la tête de pont. Plus des 750 des soldats qui sont enterrés ou dont la mémoire est honorée ici furent tués le jour et encore 600 au cours des 5 jours suivants. Les navires amenant les renforts, l'approvisionnement et le matériel étaient toujours menacés par le mauvais temps et les attaques ennemies.

 

 

Après avoir pris le contrôle de la tête de pont, les forces du Commonwealth commencèrent à avancer vers Caen en se livrant des batailles acharnées dans les villages, les fermes et le bocage, des chemins encaissés entre de hauts talus surmontés de haies touffues qui offraient un excellent couvert aux forces allemandes qui les attendaient. Les soldats d'infanterie, les équipages des chars du Corps blindé et les artilleurs collaboraient afin d'avancer dans ce milieu difficile, et parmi les soldats qui sont enterrés ou dont la mémoire est honorée ici, plus de 1.300 appartenaient à des régiments blindés et d'artillerie du Commonwealth.

 

 

 

 

La ville de Caen fut finalement prise durant l'Opération Goodwood les 18-20 juillet, à la suite de quoi les troupes du Commonwealth poursuivirent leur attaque, soutenaient les avancées américaines vers l'ouest et s'efforcèrent d'isoler et de détruire les forces allemandes.

 

 

Parmi les soldats qui sont enterrés ou dont la mémoire est honorée ici, plus de 1.000 perdirent la vie au cours des deux premières semaines d'août. Leurs camarades qui tombèrent en juillet et août par milliers reposent ailleurs, et notamment dans le cimetière militaire de Banneville-la-Campagne, près de Caen. Même si la guerre n'a pas particulièrement été violente à Bayeux, les morts ont été ramenés dans ce cimetière depuis toutes les régions environnantes. Cela inclut également les soldats morts à Sword Beach.

 

 

L'organisation du Commonwealth War Graves Commission est responsable de l'entretien des tombes des soldats morts pendant la guerre. L'emplacement du cimetière a été donné par la France à perpétuité au Royaume-Uni en reconnaissance des sacrifices faits par l'empire britannique en défendant, puis en libérant la France durant la Guerre.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

Panneaux explicatifs présentés sur le site

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 9 avril 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville