BELLOU  (Calvados)
Arrondissement de Lisieux - Canton de Livarot.
Région Normandie
 Population : 142 habitants en 2014.

 

D'une superficie de 739 hectares, et d'une altitude de 128 à 204 mètres,

le village de Bellou, depuis le 1er janvier 2016,  est devenu une commune déléguée

au sein de la commune nouvelle de Livarot-Pays-d'Auge.

 

 

Manoir de Bellou

 

 

Le manoir de Bellou est l'un des plus beaux et vastes du Pays d'Auge,

des XV° et XVI° siècles.

Primitivement, il était entouré de douves remplies d'eau.

 

Le manoir avant 1910 et en 2017.

 

Le grand corps de logis est flanqué en avant de deux pavillons carrés.

La construction du manoir commence dans la seconde moitié du XV° siècle.

Ce bâtiment initial occupe la partie centrale de l'édifice actuel sur six travées et deux niveaux.

 

Au XVI° siècle, Mathurin Le Michel, ou son fils,

décide d'adjoindre au logis un pavillon plus important.

 

La façade sud se trouve prolongée à l'est par un important pavillon en saillie datant du XVI° siècle et à l'ouest par une tour de plan de dimension plus modeste. Présentant un encorbellement à entretoises moulurées, ce côté du manoir est entièrement fait en colombages verticaux dont l'harmonie générale se trouve seulement rompue par deux courtes écharpes au centre. Enfin, le hourdis, fait de tuileaux, est particulièrement remarquable.

 

Cette façade,  a été construite au XVII° siècle dans le but d'élargir le manoir,

et ainsi, revoir la distribution intérieure.

 

Les deux barres obliques et métalliques permettaient, en les rabattant

de constituer un plancher provisoire, pour permettre d'y placer les marchandises,

qui seront ensuite déposées dans les greniers.

 

La façade nord, avec ses deux tours rondes est moins travaillée et apparaît plus austère.

 

  Le manoir se compose d'un rez-de-chaussée construit en pierres

et d'un étage en pans de bois. Elle se trouve agrémentée, en son centre,

d'un porche du XVII° siècle et deux tours cylindriques viennent orner ses angles.

 

Toit aux rampants disproportionnés,

dont sur la tour de droite, cette marque sculptée par un tâcheron,

représentant un visage souriant.

L'ancien entre-colombages en torchis est remplacé par un hourdis de tuileaux.

 

Les tourelles d'angles conservent les meurtrières qui indiquent leurs anciennes fonctions militaires.

 

L'ancien pressoir.

 

Aujourd'hui utilisé comme bâtiment, ce petit logis du commun sud

comporte une galerie extérieure au premier étage.

 

Ce genre de construction à la manière des galeries italiennes de la Renaissance, connaît au XV° siècle un certain engouement, mais le climat augeron ne ressemble pas au climat méditerranéen et ces galeries sont vite cloisonnées extérieurement, sauf celle de ce logis qui fut peut-être rapidement abandonné par ses locataires au profit du manoir.

 

Le pressoir : réalisé sur deux niveaux, avec de longs poteaux de sept travées.

Il se distingue par sa galerie haute et son grenier à pommes.

 

 

Le pressoir contient un tour, un moteur électrique et deux presses.

 

La cave.

 

A gauche, la cave, jouxtant le pressoir.

 

 

La petite trappe existant dans chaque fût permettait à un très jeune enfant,

de pénétrer à l'intérieur pour nettoyer le fût, malgré les fortes odeurs d'alcool.

 

Le colombier du XVI° siècle, en bois et torchis.

 

Le colombage est garni de tuileaux disposés géométriquement

et construit sur une base octogonale.

 

La paroi intérieure comporte de haut en bas des niches, ou boulins, aménagés

entre deux pierres ou dans le torchis des colombiers en pans de bois.

Au centre, reposant sur un pivot,

un mât qui portait deux échelles permettant d'accéder à chaque niche.

 

Les petites dépendances.

 

En pans de bois : pavillon d'accueil et billetterie - Ancien four à pain,

maison sans doute occupée par le gardien, le régisseur ou fermier.

 

La ferme.

 

Bâtiments agricoles - Etang situé entre la ferme et la maison du régisseur,

et l'arrière du corps de ferme.

 

Les anciennes écuries : elles ont été construites en 1720.

Elles sont prolongées par une charreterie en pan de bois et possèdent deux lucarnes

dont les pièces de bois ont reçu un décor sculpté de style Renaissance.

 

Le parc.

 

Le manoir est entouré d'un parc qui recèle des arbres remarquables.

(Photo de droite, un séquoia coupé en deux par la foudre).

 

 

 

 

Eglise Notre-Dame

 

 

Cette église située face au manoir,

remonte en partie au XVI° siècle (Fermée lors de mon passage).

Les murs flanqués de contreforts en pierre de taille, peu saillants, sont percés

en 1834 et 1836 de fenêtres modernes avec un linteau en brique.

Le clocher, en briques a remplacé le clocher primitif au début du XX° siècle.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.mab.allier.fr/
http://www.culture.gouv.fr/

"Le patrimoine des communes du Calvados", Tome II

Editions Flohic, 2001

"Manoirs du Pays d'Auge", Philippe Deterville, Editions A. & H. Sarfati, 2014,

C.P.A. collection privée, en prêt

Visite guidée et photos, Chantal Guyon, 19 juillet 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville