LA CAMBE (Calvados)
(Arrondissement de Bayeux - Canton de Trévières
Région Normandie.
Population : 628 Cambais en 2013.

 

Etymologie : l'origine du nom provient du néerlandais "camb", signifiant brasserie.

 

Vues aériennes avant 1970, et l'église Notre-Dame, des XIX° et XX° siècles.

De l'église initiale du XIII° siècle, ne subsistent que des arcades d'anciens bas-côtés,

la chapelle des Terres, et la chapelle de Jucoville érigée au XIV° siècle.

 

 

Le cimetière Allemand,

inauguré le 21 septembre 1961

 

 

Mélancolique dans sa rigueur, ce cimetière est celui de soldats

qui n'avaient pas tous choisi ni la cause, ni le combat.

Eux aussi ont trouvé le repos dans notre terre de France.

 

A l'époque des combats du Débarquement, le Service d'Entretien des Sépultures américains établit près de La Cambe, deux champs de tombes où reposaient des soldats américains et allemands. Après 1945, ce Service transféra ses morts dans le cimetière de St Laurent-sur-Mer, et les soldats allemands à La Cambe. C'est à partir de ces lieux que se formèrent les cimetières de St Laurent-sur-Mer et de La Cambe.

 

Le centre d'information - Porte d'entrée (côté parking, et depuis le tumulus entourant les tombes).

 

Le centre d'information allemand, édifié devant l'entrée du cimetière, commémore ces victimes et s'emploie à évoquer la valeur de la paix à l'aide d'expositions permanentes, de livres, de films, de citations de personnalités comme Martin Luther King, Immanuel Kant, Albert Schweitzer, Albert Camus, Antoine de Saint-Exupéry et Ernest Hemingway.

 

Vues aériennes avant 1970.

 

 

Intérieur du pavillon d'entrée du cimetière, et plan du cimetière.

 

Le 21  septembre 1996, jour d'inauguration  de l'exposition dans le pavillon d'accueil, 21 premiers arbres du jardin de la Paix furent plantés. Par le biais du concept de ce jardin et grâce au versement d'un don de 250 € pour le parrainage d'un arbre, les donateurs offrent un symbole vivant de la paix.

 

Au milieu des sept hectares reposent en ce lieu aujourd'hui,

plus de 21.200 soldats allemands.

 

Le Service d'entretien britannique des Sépultures et, plus tard, le Service français effectuèrent d'autres inhumations, si bien que, lorsque le Volksbund commença ses travaux d'inhumation, le champ de tombes de La Cambe était déjà un des plus grands cimetières militaires allemands provisoires de la Seconde Guerre Mondiale en France.

 

Des rangées de cinq petites croix signalent les soldats

et leurs noms figurent, par deux, sur des petites plaques au sol.

 

L'agrandissement et le nivellement du terrain  rendirent nécessaire la reconstitution de talus délimitant le cimetière. Ces travaux furent effectués en 1958, par un Camp de jeunes International. Ce fut la première fois que des jeunes aidèrent, sous la devise "Réconciliation par-dessus les tombes", le Volksbund à l'édification d'un cimetière en France. Les jeunes contribuèrent également à l'aménagement du tumulus.

 

Les tombes, marquées par des emblèmes posés à plat sur le sol.

 

Le tumulus, d'une hauteur de 6 mètres est destiné à être une tombe commune

de 207 victimes de guerre inconnues et 89 identifiées.

 

 

Une immense croix en basalte flanquée de deux statues latérales s'élève sur la coupole.

 

En 2001, 1200 érables-boules poussent dans le Jardin de la Paix, autour du cimetière. En raison du grand écho qu'a trouvé cette idée de Jardin de la Paix, et du fait que tous les arbres ont trouvé un parrain, le Volksbund a  entamé de nouveaux projets :

▪ En 1998, deux jardins de la Paix ont été aménagés, l'un à Budaörs près de la capitale hongroise, et l'autre, à Nadolice-Wielkie, près de Breslau, en Pologne, où sont construits des cimetières de regroupement.

▪ En septembre 2000, le grand cimetière militaire de Saint Petersbourg-Sologubowka fut ouvert au public. Là-bas aussi, des arbres poussent en faveur de la paix.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

"Cimetières militaires allemands", brochure de 16 pages, disponible à l'accueil

"Patrimoine des communes du Calvados", Tome II, Editions Flohic, 2001

"Sites & Valeurs de nos marais", Gérard Tapin, Editions Eurocibles, 2007

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 12 mars 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville