APREMONT-SUR-ALLIER  (Cher)
Arrondissement de Saint Amand-Montrond.

Canton de La Guerche-sur-l'Aubois.
Région Centre Val de Loire.
 Population : 71 Apremontois en 2014.

 

D'une superficie de 3069 hectares, et d'une altitude de 168 à 226 mètres,

le village est traversé par la rivière l'Allier.

 

 

Parc floral du château d'Apremont

 

 

Labellisé “Jardin Remarquable“ par le Ministère de la Culture.

Ce jardin présente des espèces et des essences du monde entier,

dans un festival de couleurs et de senteurs.

Il est complété par une cascade, de trois fabriques et de plantes rares.

 

 

 

Face à la boutique et du jardin blanc, ces deux très jolies maisons fleuries,

d'inspiration médiévale.

 

Depuis 1977, les premiers visiteurs peuvent se promener dans 5 hectares de jardin

tels que nous les connaissons aujourd'hui.

 

Entrée du parc floral.

 

Le jardin blanc.

 

Les pelouses jouent un rôle primordial dans la conception de ce parc.

Ici, comme en Angleterre, le gazon, est le lien entre ces divers jardins.

 

Inspirés du fameux "Jardin blanc" de Sissinghurst, en Angleterre,

arbustes et plantes vivaces à tonalité blanche ou à feuillage argenté

fleurissent devant un groupe de maisons médiévales.

 

Le tonnelier est composé de glycines de Chine et du Japon.

En 1972, la première tranche des travaux du jardin commence par la création

du jardin blanc, les bordures de printemps et d'automne et le tonnelier de glycines.

 

Ce jardin est l'oeuvre de Gilles de Brissac (1935-2002).

Les premiers travaux débutèrent en 1970 : une vallée fut barrée afin de constituer une série d'étangs. Des prés se transformèrent en pelouse et massifs d'arbustes à fleurs.

 

 

Ce petit musée raconte l'histoire du parc.

 

 

Le puits et les plantes vivaces et annuelles.

 

Depuis le jardin, vue sur l'église paroissiale.

 

Des arbres en bac, pesant chacun entre 3 à 4 tonnes furent apportés

en semi-remorques et mis en place à grand renfort de bulldozers.

 

Le belvédère.

 

Le belvédère a été édifié en 1997 selon les plans et les aquarelles

d'Alexandre Serebriakoff, peintre et architecte russe.

Cette construction de fantaisie est la 3° fabrique du parc.

 

Le sol est constitué de granits de différentes couleurs :

jaune des Andes, bleu du Brésil, rouge de l'Inde.

 

Une fabrique de jardin est une construction ornementale participant à l'architecture d'un parc ou d'un jardin. Elle ponctue le parcours du promeneur, lui indique un point de vue pittoresque. De formes diverses, souvent extravagantes, elle évoque les éléments architecturaux inspirés de l'Antiquité, de l'histoire, de contrées exotiques ou de la nature. Les premières fabriques apparaissent dans les jardins anglais au début du XVIII° siècle et se répande dans toute l'Europe avec la mode des jardins paysagers.

 

Les panneaux de faïence qui ornent l'intérieur décrivent le voyage autour du monde

de Pulcinella de Naples, polichinelles légendaires de la comédie italienne.

Leur périple  aux quatre coins de la planète,

s'achève par la visite du parc floral d'Apremont. L'exécution de cette commande,

confiée aux Ateliers Montagnon de Nevers a duré 10 ans.

 

Quatre principales typologies pittoresques constituent les fabriques :

▪ Les fabriques classiques : copiées de l'antique, comportent temples, rotondes ou colonnades à motifs antiques.

▪ Les fabriques exotiques, inspirées par de lointains pays: pagodes, portes chinoises ou pyramides.

▪ Les fabriques naturelles : dolmens, grottes ou rochers artificiels.

▪ Les fabriques champêtres : chaumières, huttes, reproductions d'architectures vernaculaires.

 

Les essences les plus rares sont représentées : parmi les conifères, on trouve

séquoias, cèdres pleureurs, cyprès chauves, thuyas dorés...

 

Vues sur le château et la prairie.

 

Le parc abrite aussi une collection d'essences rares : ginkgos biloba, liquidambars,

hêtres panachés et pourpres, bouleaux pleureurs...

 

Les arbustes à fleurs, répartis en groupes constituent une belle collection :

forsythias, rhododendrons, azalées, lilas, kolkwitzias, weigelas...

 

La cascade.

 

 

1975, la cascade est bâtie dans une ancienne carrière désaffectée

donnant au jardin la musique qui manquait.

Elle a été construite avec 650 tonnes de rochers.

 

Le pont chinois.

 

Le pont pagode.

 

En 1965, le pont provisoire qui permettait de traverser le grand étang se détériore.

C'est l'occasion pour Gilles de Brissac de construire la première des trois fabriques

prévues dès l'origine : le pont chinois.

 

 

Plaque commémorative dédiée à la mémoire de Maurice Faisan (1959-1981).

"Sans lui cet ouvrage n'aurait pu être mené à son terme (Gilles de Brissac)".

 

Le pavillon turc, ou "Turquerie".

 

Edifié en 1994, selon les plans d'Alexandre Serebriakoff.

 

Construit sur pilotis, ce pavillon nous emmène en pensée vers les rives du Bosphore,

à l'époque de l'Empire Ottoman.

Le dessin des quatre grilles en fer forgé s'inspire de la fleur d'œillet stylisée,

une ornementation fréquente sur les pièces de faïences turques.

Le sol en céramique blanche et verte a été spécialement commandé au Maroc

dans un atelier d'artisanat traditionnel de Tetouan.

 

A l'intérieur, les Bayadères, la Sultane, le Sultan, l'Astronome,

oeuvres du peintre Jacques Roubinen, évoquant, en terme de saisons,

les différents âges de la vie.

Un jeu savant de miroirs permet de contempler les quatre tableaux à la fois.

 

Vues sur l'étang et les prairies.

 

 

 

1972-1975, création d'un étang à proximité du jardin qui entraîne une extension

du périmètre du parc et le creusement de 3 plans d'eau en escaliers.

 

L'étang et l'arrière des maisons installées à l'entrée du parc.

 

Aujourd'hui, ce parc a permis la création de 2 emplois et demi de jardiniers à plein temps, d'un saisonnier et de deux postes de caissières pendant la saison. De nombreux stagiaires demandent à y poursuivre leurs études.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

Dépliant 4 pages "Plan du parc", remis à l'accueil

Dépliant 3 volets "Parc floral"

C.P.A. collection privée, en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 11 juin 2017 

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville