CHATEAUDUN (Eure-et-Loir)
Arrondissement de Châteaudun  - Canton de Châteaudun
Région Centre Val de Loire
   13.226 Dunois en 2013.

 

 

Eglise abbatiale de la Madeleine

 

 

Incluse dans les remparts de la ville, l’abbatiale de la Madeleine date de la fin du XI° siècle.

 

L'église de la Madeleine vue de la Cavée de la Reine, avant 1910.

 

La fondation initiale de l'abbaye de la Madeleine remonte sans doute à la fin du XI° siècle. Au début du XII° siècle, des chanoines réguliers de l'ordre de Saint Augustin sont installés dans la nouvelle abbaye. L'église sera reconstruite, puis agrandie et consolidée aux XIII° et XVI° siècles.

 

Avant 1970, vues sur l'abbatiale de la Madeleine et le château.

Restaurés après les bombardements en 1940, les bâtiments de l'abbaye abritent aujourd'hui

l’Institut de formation en soins infirmiers, le SSIAD, les archives municipales

et l’école municipales d’arts plastiques.

 

Ce vaste édifice irrégulier, bâti sur le bord du plateau a succédé à une construction du XI° siècle,

dont subsiste la base du clocher.

 

 

La façade principale (nord) est percée de trois portails romans.

Elle était ornée de 13 sculptures (endommagées au cours de la Révolution).

 

La pose de vitraux au XIX° siècle a permis de retrouver le très beau portail sud

longtemps muré avec ses voussures ornées de sculptures romanes (personnages et animaux fantastiques).

 

Le choeur actuel date du XVI° siècle.

En juin 1940, un incendie détruisit l'ensemble du mobilier, à l'exception des arcatures Renaissance,

à gauche dans le choeur.

 

Le sanctuaire est éclairé par sept longues fenêtres entiers-point qui sont divisées

par un meneau central surmonté d'un remplage flamboyant.

Sous le chœur actuel, des vestiges d'un édifice plus ancien ont été mis à jour :

chœur en abside semi-circulaire avec des peintures polychromes.

Au-dessous de cette partie de l'église se trouve une vaste crypte dont l'accès est très difficile.

Elle remonte, dans son gros oeuvre au XII° siècle, mais les fenêtres qui l'éclairent ont été refaites au XIII° siècle.

 

Les voûtes de l'église s'effondrèrent à trois reprises, la dernière, en 1522.

On décida alors le couvrement de la nef en charpente et la reconstruction du choeur sur un pan réduit,

dépourvu du déambulatoire dont la crypte du XII° siècle conserve la disposition.

 

En 1692, un pilier s'écroula et, en 1742, la flèche du clocher tomba à son tour.

 

La nef aurait été tronquée d'une trentaine de mètres. A l'origine, elle était de 84 mètres.

 

Toutes les fenêtres qui éclairent le bas-côté nord sont en plein cintre

et leur archivolte s'appuie sur deux colonnettes.

 

 

Le plan de l'église de la Madeleine, dont l'orientation est à peu près régulière, comprend une large nef, flanquée au nord d'un double bas-côté, au midi d'un collatéral unique, et terminée par un choeur à chevet polygonal. Deux portails situés, l'un au nord, l'autre au sud, donnent accès dans l'intérieur de l'édifice, et le clocher est adossé au choeur, du côté nord de l'église. Ce plan présentait au XII° siècle les mêmes dispositions qu'aujourd'hui dans la nef et dans les bas-côtés, mais le choeur était alors beaucoup plus vaste, parce qu'il renfermait un déambulatoire.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/
http://www.ville-chateaudun.fr/

http://bibnum.enc.sorbonne.fr/

C.P.A. collection privée, en prêt
Visite et photos, Chantal Guyon, 12 avril 2016

 

 

Chantons - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville