GUIPRY-MESSAC (Ille-et-Vilaine)
Arrondissement de Redon - Canton de Redon
Région Bretagne.
 Population :3.744 Guipryens en 2014.

 

Guipry se situe au nord de Redon sur la rive droite de la Vilaine.

Elle fait face à celle de Messac située sur la rive gauche.

 

Les deux bourgs sont reliés par les ports de Guipry et de Messac. La Vilaine qui borde son territoire a été un important moyen de communication et une route commerciale qui acheminait des marchandises. Aujourd'hui, le port de Guipry est resté actif par le tourisme fluvial.

 

 

GUIPRY

 

 

L'ancienne minoterie et le port sur la Vilaine,

du Moyen Age : XVI-XVII°, XIX°, XX° siècles.

 

Moulin à foulon, puis moulin à farine, puis minoterie Messac Guipry,

puis actuellement, un Hôtel-Restaurant.

 

Le moulin de Guipry est attesté dès 1089. A cette date, Riou, baron de Lohéac (35), fait don à l'abbaye de Redon, de la dîme des trois moulins qu'il possède à Guipry, dont celui du Port. En 1645, selon une lettre de 1834, le moulin est en reconstruction. En 1787, deux moulins existent au port : un moulin à foulon situé au nord et accolé à un moulin à seigle et à froment.

 

La minoterie est construite sur la Vilaine, au port de Guipry.

Edifiée en schiste, elle se compose de trois corps de bâtiment

correspondant à plusieurs campagnes de construction.

 

En 1854, pétition du propriétaire-exploitant Delavigne qui demande l'autorisation d'agrandir et de surélever les moulins de Guipry. Il souhaite prolonger le bâtiment de 3 m vers l'ouest afin d'agrandir le logement, puis élever les murs du moulin de 2 m de façon à rendre les meules insubmersibles en temps de crue, enfin d'établir deux nouvelles paires de meules, celles qui existent déjà étant insuffisantes pour les besoins du pays. En 1859, le moulin à foulon est emporté par une crue, il n'en subsiste que le coursier.

 

La minoterie, toujours en place, date, dans son ensemble,

du XIX° siècle et du début du XX° siècles.

En 1898, la minoterie de Guipry fonctionne avec quatre paires de meules.

 

 En 1912, le propriétaire Bellamy est autorisé à construire sur la partie du barrage déversoir une passerelle située entre son moulin et son vannage. Elle est destinée à accéder à ce dernier en temps de hautes eaux pour la manœuvre des vannes. En 1913, la puissance de rendement journalier s'élève à 55 q en moyenne. En 1923, réfection totale du vannage qui est en très mauvais état et se manœuvre difficilement. En 1936, la capacité maximum d'écrasement journalier atteint 84 q de blé. En 1942, la minoterie emploie dix personnes. La minoterie de Guipry a cessé de fonctionner le 31 décembre 1974.

 

 

 L'ancien moulin, corps de bâtiment principal ayant subi une surélévation, comprend un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, trois étages carrés et un étage de comble. La façade antérieure, couronnée au dernier niveau par un grand fronton en ciment portant l'inscription : "Minoterie Messac Guipry", est flanquée d'une tour d'angle demi-hors-oeuvre couverte d'un toit polygonal en ardoise à épi de faîtage. Cette tour polygonale présente à sa base un éperon. L'ensemble du moulin est percé de nombreuses baies, toutes encadrées de brique, mais présentant des formes variées : fenêtres en plein cintre, à arc surbaissé et rectangulaires. Le corps principal est couvert d'un toit à longs pans en ardoise avec un versant plus long sur la façade postérieure. Le troisième corps de bâtiment, en retour, de construction plus récente, est établi sur l'ancienne rampe d'accès au moulin. Il est construit en béton armé sur un soubassement en schiste et monté sur pilotis au centre. Il compte un étage carré et est couvert d'un toit à demi-croupe en ardoise. Il flanque le moulin originel sur sa façade postérieure et est desservi sur une des faces par une coursière en bois supportée par des aisseliers et abritée par un avant-toit.

 

Le port sur la Vilaine

 

Le port pittoresque de Guipry-Messac flanqué d'une minoterie

et bordé de maisons du XVII° siècle, jadis renommé pour son commerce du sel,

constitue aujourd'hui une halte à la navigation de plaisance.

 

Vues aériennes avant 1970.

 

Au Moyen Age, le port de Messac et de Guipry connaît un essor important grâce au commerce du sel en particulier. Les bateaux tirés par les haleurs et chargés de ce précieux produit remontent la Vilaine jusqu'à ce port considéré comme le terminus de la navigation. Le sel (sel gris de Guérande) est déchargé sur place et stocké dans les salorges (entrepôts de sel) des négociants locaux.

 

La cale actuelle du port mesure 175 mètres et date de 1900.

 

Le sel est ensuite vendu à des marchands de sel (sauniers) qui le distribuent aux habitants de la région, ou bien il est acheminé sous contrôle vers les greniers à sel des provinces limitrophes (hors Bretagne) qui sont soumises à la Gabelle. Cet " impôt infernal ", ainsi appelé, a favorisé la mise en place d'un trafic clandestin de sel. Ceci explique la présence d'une caserne de Gabelous au port de Guipry pour faire respecter la réglementation.

 

L'écluse et maison de l'éclusier.

Au XVI° siècle, des écluses ont été construites en amont du port de Guipry-Messac.

Les bateaux peuvent ainsi remonter jusqu'au port Saint Yves de Rennes.

 

François 1er, répondant à la "requête de 1538 des Rennais pour rendre la Vilaine navigable de Messac à Rennes..." autorise les travaux de canalisation de la rivière. Commencés en 1540-1542, ces chantiers ne se terminent véritablement qu'en 1585, sous le règne d' Henri IV. C'est l'époque de la pleine expansion économique du port (sel-pierre de Loire- métaux-vins - toiles...) jusqu'à l'arrivée du chemin de fer en 1860. Au XIX° siècle, plus de 800 bateaux chaque année s'y arrêtent ou y transitent. Les demeures du XVII° siècle témoignent de cette grande activité commerciale. Après la guerre de 1939-1945, la concurrence des transports routiers se fait sentir. Le trafic de la batellerie stagne d'abord, puis décline vite et disparaît dans les années 1970. Aujourd'hui, la navigation de plaisance a pris le relais.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.culture.gouv.fr/
http://guipry-ma-ville.over-blog.com/
Dépliant 8 pages "Route touristique de la vallée de la Vilaine" (n° 5), O.T. Redon

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 20 février 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville