50 - SAINT MARTIN-LE-HEBERT, Manoir fortifié de la Cour, du XV° siècle,

datant de l'occupation anglaise et entouré de douves.

(Arrondissement de Cherbourg-Octeville - Canton de Bricquebecq)

 

La guerre de Cent Ans terminée, des modifications importantes eurent lieu aux XVI° et XVII° siècles

avec l'adjonction de divers bâtiments et la reconstruction des quatre tours d'angles.

 

Le manoir est constitué par un vase quadrilatère complètement clos de murs, entourés de douves profondes.

 

Le château vu depuis le cimetière de l'église - Le pigeonnier.

(près de 2000 alvéoles).

 

Le manoir est entouré de tours et de murailles qui se reflètent dans ses douves.

 

Ancien pont-levis - La cour d'honneur - Les communs.

Les rainures de l'ancien pont-levis sont encore visibles dans la porterie,

qui ne comporte pas de tour : ses côtés forment de simples angles droits,

interrompus à la hauteur de l'étage par les consoles rondes de deux échauguettes rondes,

qui ne furent sans doute jamais construites.

Une porte charretière, en simple arrondi en occupe le centre et une fenêtre à meneau éclaire l'étage.

 

En pénétrant dans la cour on a devant soi, une très belle façade de la Seconde Renaissance à deux étages,

avec fenêtres à meneaux droits surmontés de motifs en triangle.

A sa droite, un bâtiment plus ancien datant de la 2° moitié du XVI° siècle.

 

Bâtiment de deux étages construit dans la première moitié du 17e siècle,

il possède une magnifique façade de type Renaissance. À l'arrière subsistent deux colombiers.

 

La cuisine et sa superbe cheminée.

 

Dans la tour sud-ouest, on trouve un lavoir de forme octogonale.
Brouette permettant de transporter le linge à laver - La chaudière en fonte.

 

Des fenêtres à meneaux de style Renaissance apportèrent le soleil dans les anciennes pièces.

 

A remarquer les hautes cheminées rectangulaires, ornées de boules à leurs angles

qui dominent les toitures et comportent plusieurs beaux épis de faîtage.

Dans une des grosses tours, un colombier abritant des dizaines de rangées de boulins.

 

 

Le manoir de Saint Martin Le Hébert a été édifié pour Jean d'Orglandes, devenu seigneur du lieu en 1372. Le contexte de la Guerre de Cent Ans (1337-1453) et la proximité de Cherbourg, place forte convoitée par les belligérants, l'invitent à construire l'habitat fortifié qui existe encore aujourd'hui. Il est caractérisé par un ensemble de bâtiments, organisés autour d'une cour carrée et défendus par des douves et quatre tours d'angle.

 

Les bâtiments subissent des modifications au début du XVII° siècle, lorsqu'en 1610, la seigneurie passe à Guillaume Plessard qui épouse Catherine d'Orglandes : c'est de cette époque que date le pavillon Neuf, nouvelle résidence seigneuriale, le Grand colombier (1596 boulins) et la construction de jardins en terrasse.

Le manoir sert au long des XVII° et XVIII° s. de résidence épisodique aux propriétaires. Certains ont également un hôtel particulier à Valognes.

 

En 1789, la jouissance des bâtiments est confiée à des fermiers, qui occupent les lieux pendant 200 ans. En 1809, le manoir est vendu par Caroline Turgot, descendante des Plessard-d'Orglandes à la famille de Chivré qui le revend en 1870 à Ferdinand Noël. Il est depuis resté dans la même famille.

 

Sources :

"120 châteaux et manoirs en Cotentin", Jean Barbaroux, Editions Heimdal (pages 50 & 51), 1977

Photos septembre 2008, Chantal Guyon

Photos tour ouest, Dominique de Saussaye, 2008

Donjon du XIV° siècle, Photos Chantal Guyon, décembre 2012

Visite par les Propriétaires lors des journées du patrimoine, le 21 septembre 2008

 

Chantony - Patrimoine et Histoire

 

50660 - Lingreville