LA CHARITE-SUR-LOIRE (Nièvre)
Arrondissement de Cosne-sur-Loire - Canton de La Charité-sur-Loire
Région Bourgogne-Franche-Comté
Population : 5.008 Charitois

 

 

La cité historique à l'empreinte médiévale

 

 

Vue sur la ville et la Loire avant 1970.

 

La Loire et le pont de pierre construit en 1520.

Il possédait onze arches dont dix sont encore visibles.

 

Le développement de la Charité-sur-Loire est lié à sa position au bord de la Loire, à la croisée des voies fluviales et terrestres. Les ressources des deux rives (forêts du Nivernais et plaines céréalières du Berry) et du milieu aquatique lui sont ainsi directement accessibles, de même que toutes les denrées qui circulent sur le fleuve, grâce à ce pont stratégique.

 

Les remparts.

 

Le site du prieuré est dominé par les remparts élevés à partir de 1181,

plusieurs fois démantelés et reconstruits au cours de la guerre de Cent Ans

et des guerres de religions.

 

La rue du champ Baratté permettant l'accès au pied des remparts, depuis le prieuré.

 

 

Les remparts sont initialement la clôture du monastère.

Philippe Auguste autorisa la création d'une enceinte fortifiée à la fin du XII° siècle.

Enfin, une place forte est créée, surplombant la Loire et l'ensemble de la ville.

 

 

Les tours, le donjon, les courtines,  et les terrasses.

Un petit raidillon appelé "des Huguenots" permet de rejoindre le Parc Adam,

qui offre une belle vue sur le fleuve et sur les toits de l'ancien quartier des mariniers.

 

La Fédération Remparts de Bourgogne, a mis en place en 2013 des stages estivaux de restauration ouverts aux bénévoles, permettant ainsi d'effectuer le nettoyage du site envahi par la végétation, le rejointement des parements, la réfection d'emmarchements, dans le but que ces vestiges deviennent visibles et ouverts à la visite.

 

Vues sur la ville depuis les remparts.

 

La cité historique.

 

L'hôtel de ville - Place des Pêcheurs avec des échoppes médiévales côté sud.

 

La rue des Chapelains et cet ancien hôtel particulier.

 

Les rues basses de la Loire : ces ruelles étroites et tortueuses mènent jusqu'à la Loire.

Les tanneurs et les équarisseurs, les pêcheurs habitaient ce quartier,

car ils avaient besoin de la Loire pour leur travail.

 

Les 84 marches sont encore aujourd'hui le passage obligé des pèlerins

de Saint Jacques de Compostelle qui les empruntent depuis le XII° siècle.

 

La Charité était au Moyen Age une étape importante sur le chemin de Saint Jacques. On peut supposer que le choix de l'implantation d'un pont a permis le franchissement de la Loire toute l'année. La traversée à gué ou par le bac pouvait se révéler dangereuse, voire impossible, lorsque le fleuve était en crue ou gelé.

 

L'île du Faubourg, avant 1970.

Ce quartier de la ville s'est construit entre deux bras de Loire.

En amont, la digue de la Chevrette servait à orienter le courant vers le port.

 

Depuis le XV° siècle, la ville vivait du commerce des fers ouvrés ou non, des grains, des bois, des vins rouges produits dans les environs et du trafic de son port. Une manufacture royale de quincaillerie, taillanderie, bijouterie puis boutons s'installent en 1756, occupant 500 ouvriers jusqu'en 1809. Les bâtiments vont ensuite servir de dépôt de mendicité, de maison de correction et enfin d'asile départemental d'aliénés. Une manufacture de faïence fine est fondée par des Anglais entre 1803 et 1812 dans les bâtiments conventuels vendus comme biens nationaux. Aujourd'hui, le tourisme constitue le gros atout de la ville et favorise le commerce local.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

http://www.lacharitesurloire-tourisme.com/

"La Charité sur Loire", visite privée, 16 pages, O.T. La Charité

"La Charité, Plan et visites" de 4 pages, O.T. de La Charité

"Archéologie en Bourgogne, tant de ponts au fil du temps"

brochure de 24 pages, O.T. La Charité

Panneaux explicatifs présentés sur le site

C.P.A. collection privée, en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, 12 juin 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville