BRESSUIRE  (Deux-Sèvres)
Arrondissement de Bressuire - Canton de Bressuire
Région Nouvelle Aquitaine.
 Population : 19.411 Bressuirais en 2015.

 

D'une superficie de 1.805 hectares, et d'une altitude de 98 à 236 mètres,

la ville est traversée par la rivière du Dolo.

 

 

Eglise gothique Notre-Dame

 

 

Fondée à la fin du XI° siècle, il ne reste de cette première église incendiée par les troupes de Philippe Auguste,

que la moitié des murs de la nef, le grand arc triomphal qui sépare la nef du choeur, et la porte romane sud.

 

Vue aérienne avant 1970.

 

Façade occidentale de l'église, et la fontaine.

 

La porte ouest est simplement tracée en arc brisé, moulurée de tores et de gorges,

et aux jambages, deux groupes compacts de onze colonnettes.

 

Le clocher, haut de 56 mètres, se caractérise par un style gothique dans la partie inférieure,

et Renaissance dans la partie haute. Il résista aux flammes

qui détruisit presque entièrement Bressuire lors de la Révolution.

Le couronnement en forme de dôme de la tour, est cantonné de quatre tourillons et terminé par un lanternon.

 

Sous la corniche, des modillons romans sculptés.

 

Le portail ouest a été restauré. Les deux voussures ont été remplacées par des claveaux juste épannelés,

tandis que les chapiteaux ont été refaits avec une iconographie entièrement inventée

car les pierres trop salpêtrées, conservées dans la crypte Saint Cyprien étaient complètement usées.

Le gros oeuvre est en granite local, la voussure interne et les chapiteaux historiés étaient en calcaire.

 

L'italianisme se fait nettement sentir dans le tracé en plein cintre des baies géminées et couplées.

 

Au XII° siècle, des voûtes bombées dites "Angevines", sont mises en œuvre dans la nef.

La nef est à trois travées portées par des nervures moulurées de trois tores,

Les doubleaux, moulurés de tores sur le rouleau externe, sont à arêtes vives quant au rouleau interne.

Les appuis aux murs sont des piliers à ressauts à colonnes engagées et colonnettes

prévus pour les doubleaux, les nervures diagonales et les formerets.

 

Le curé Charbonneau (1865-1908) réaménagera l’intérieur de l’église.

Les autels sont remplacés par deux autres moins encombrants.

Il fit l’acquisition des stalles de Oiron du XVI°, des confessionnaux et des fonds baptismaux.

 

La nef actuelle caractéristique du style néo-gothique angevin,

date du début du XIII° siècle. Elle est éclairée par des fenêtres couplées,

tracées en arc légèrement brisé et dont l'appui est appareillé en petits gradins.

 

Chemin de croix et statuaires du XIX° siècle.

 

Des travaux de restauration, menés de 1978 à 2000, ont permis de dévoiler les peintures murales de 1821

qui ornent le chœur. Elle a été aussi rénovée en 2000 à la suite de la tempête de décembre 1999.

 

Le choeur, remanié à la fin du XV° siècle de style gothique flamboyant,

est éclairé par de superbes vitraux datant du XIX° siècle.

 

Les baies du chevet, dont le remplage dessine des soufflets et des mouchettes.

 

Chapelles latérales.

Les chapiteaux abondent, en réminiscences romanes : feuilles d'acanthe, volutes, grappes,

chimères, oiseaux becquetant des lions.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

Guide d'accueil 2018, O.T. Bressuire

Panneaux explicatifs présentés à l'intérieur de l'édifice

Dictionnaire des églises de France, Poitou, Saintonge, Angoumois,

Volume IIIc, Editions Robert Laffont, 1967

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 22 avril 2018

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville