ANGLES-SUR-L'ANGLIN  (Vienne)
Arrondissement de Montmorillon - Canton de Montmorillon
Région Nouvelle Aquitaine.
 Population : 384 Anglois en 2014.

 

La forteresse, des XII°-XV°

Le château des évêques de Poitiers,

des XII°-XV° siècles

 

 

Vue sur la forteresse depuis la ville basse.

 

Le château d'Angles-sur-l'Anglin surveille la frontière du Poitou depuis le X° siècle (il est attesté en 1025). Il est acheté par l'évêque Guillaume de Bruges à la famille de Lezay à la fin du XIII° siècle et restera propriété de l'évêché jusqu'à la révolution.

 

S'élevant à environ 50 m, cet éperon rocheux fut choisi dès le X° siècle

pour accueillir un premier château destiné à surveiller la frontière du Poitou.

 

Guichard III, seigneur d'Angles est nommé sénéchal de Saintonge durant la guerre de Cent Ans et il est nommé maréchal de Guyenne quand le Poitou devient anglais en 1356. Le château est repris aux anglais sans combat par Bertrand Du Guesclin en 1372.

 

Au début du XV°, deux évêques entreprennent de remanier la vieille forteresse.

Hugues de Combarel fait édifier un logis d'habitation qui évoque déjà la Renaissance.

 

Un fossé creusé par les bâtisseurs protégeait l'ensemble fortifié du côté du plateau.

 

Pour devenir une demeure de plaisance au profit du château de défense, Hugues de Combarel entreprend de modifier le vieux donjon et y appose ses armes sculptées : 3 coquilles Saint-Jacques et une demie molette d'éperon. La fin du XV° siècle annonce ainsi la fin des beaux jours de la forteresse.

 

Au moment des Guerres de Religion le château est pris en 1567 par l'Amiral de Coligny

pour le compte des Protestants, il est repris par les Catholiques en 1571

L'édifice est ensuite utilisé au moment de la Fronde au milieu du XVII° siècle et finalement,

il est abandonné au XVIII° siècle.

 

En 1792, la forteresse, en ruine, est tout de même confisquée et la commune décide de l'utiliser comme carrière de pierre. Mais l'accès étant tellement difficile et la demande peu importante, les ruines seront sauvées.

 

Pierre d'Amboise fait construire la résidence épiscopale de Dissay qui est préférée à la châtellenie d'Angles. A cela succèdent les guerres de religion, la fronde. Une expertise sur l'état de la forteresse est commandée en 1708. Le parlement de Paris exempte les évêques de Poitiers de leur devoir d'entretien.

 

La commune rachète la forteresse pour le franc symbolique en 1986 et s'emploie à sa sauvegarde depuis.

 

Les restes du site sont encore très imposants et comportent :
▪ le donjon palais carré de style roman à contreforts cylindriques qui a été remanié au XVe siècle ;

▪ la tour de la prison ;

▪ la tour de la chapelle ;

▪ la tour aux oignons ;

▪ la tour d'angle du donjon ;

▪ la tour porte qui ouvre sur la « tranchée aux Anglais » ;

▪ un petit château de la fin du Moyen Âge et deux chapelles.

 

La chapelle Saint Pierre, édifiée entre les XI° et XII° siècles.

 

La chapelle Saint Pierre du château, de style roman, avant 1920 et vers 1950.

Juste à côté du château, également sur une position escarpée,

subsistent les ruines d'une chapelle de style Roman.

Elle est constituée d'une nef unique terminée par une abside en hémicycle.

Les murs gouttereaux sont soutenus par de puissants contreforts rectangulaires

et sont percés de petites fenêtres.

 

L'actuel choeur de la chapelle présente une forme en quart de cercle car le choeur de la chapelle s'est effondré avec la falaise au XV° et fut reconstruit grossièrement en suivant le nouveau rebord. Actuellement, elle abrite de nombreuses expositions et est l'un des points de vue les plus remarquables d'Angles.

 

Autour de la chapelle des restes d'une motte féodale sont encore visibles aujourd'hui. La chapelle est séparée de la forteresse par la "tranchée des Anglais" : fissure naturelle aménagée par l'homme. La légende voudrait qu'après la défaite face aux anglais à Maupertuis du roi Jean le Bon, ces derniers soient arrivés à Angles pour s'emparer du château "en taillant ce passage dans le roc, en une nuit, afin de surprendre les gardes". De même Bertrand Du Guesclin aurait repris le château aux anglais par ce passage.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/
Dépliant "Plan, avec historique", Office de Tourisme d'Angles

C.P.A. collection privée, en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, 24 mai 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville