BRUX  (Vienne)
Arrondissement de Montmorillon - Canton de Lusignan
Région Nouvelle Aquitaine
 Population : 747 Brucéens en 2014.

 

D'une superficie de 3.591 hectares et d'une altitude de 117 à 154 mètres,

le village est traversé par la rivière la Bouleure.

 

Vue aérienne avant 1970.

 

Le village et un vieux puits.

Le "teil", un tilleul, planté au temps de Sully et donc, âgé de plus de 400 ans,

d'une dizaine de mètres d'envergure. Il est l'un des plus connu du département.

 

Ce tilleul fut planté suite à l'appel du surintendant des finances du royaume Maximilien de Sully en 1598 qui ordonnait la plantation de tilleuls ou d'ormes notamment devant le portail des églises pour commémorer la fin des guerres de religion.

 

 

Eglise romane Saint Martin

 

 

L'église, placée sous la protection de l'apôtre des Gaules, Saint Martin

est couverte de lauzes, à l'exception du clocher, revêtu de tuiles.

La nef et la façade occidentale, dotée d'une simple porte,

est dépourvue de décor et d'une étroite baie en plein cintre.

 

Larges et puissants contreforts - Le pas de Saint Martin.

 

 

De plan carré, le clocher prend place entre la nef et le choeur, au-dessus de la travée surmontée d'une coupole.

Le côté sud est percé de deux fenêtres et d'un portail à deux rouleaux et archivolte et damier.

 

 

Le chevet de l'église est bordé par une corniche de modillons sculptés

de boucs et chèvres, béliers et joueurs de harpe.

 

Litre funéraire (ou seigneuriale) peinte au XVIII° siècle

en l'honneur des membres de la famille Saint Georges de Vérac, seigneurs de Brux.

L'écusson (photo de gauche) montre deux coquettes sirènes se contemplant dans un miroir.

La litre funéraire est une bande noire que les seigneurs avaient le droit de faire peindre,

ornée de leurs armoiries, dans les églises en l'honneur des morts de leur famille.

 

L'église est composée d'une nef de deux travées

couverte d'un berceau brisé porté par des piliers cruciformes à colonnes engagées.

 

La voûte est contrebutée par des bas-côtés extrêmement étroits

sommés par des demi-berceaux (en quart de cercle).

 

Les chapiteaux de style roman, avec trois éléments principaux :

têtes humaines, les feuilles (lisses ou en palmettes), les entrelacs (lisses, rubanés, pointillés).

 

 

Le vaisseau central débouche une travée de voûte d'une coupole octogonale sur trompes,

qui communique avec les collatéraux de la nef prolongés sur une troisième travée.

 

Depuis le portail occidental, vue sur les transepts et le choeur.

Le choeur est droit suivi d'une abside semi-circulaire éclairée par une baie axiale en plein cintre.

 

Litre funéraire et ses armoiries, et la croisée du transept.

 

 

Le choeur, avec un maître autel montrant Saint Martin, en uniforme de légionnaire romain,

brandissant une croix et parlant à l'Empereur.

Vitrail de l'abside légèrement déporté vers la gauche, une pratique selon certain,

pour rappeler le Christ en croix dont la tête était inclinée sur le côté.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

"Dictionnaire des églises de France", Poitou, Saintonge, Angoumois

Tome IIIc, Editions Robert Laffont, 1967

Livret explicatif présenté dans de l'église

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 23 mai 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville