CHÂTELLERAULT (Vienne)
Arrondissement de Châtellerault - Canton de Châtellerault.
Région Nouvelle Aquitaine.
 Population : 31.722 Châtelleraudais en 2014.

 

 

Ancienne manufacture royale d'armes blanches

"La Manu", du XIX° siècle.

 

 

En 1819, Châtellerault est choisie pour l'installation d'une manufacture royale d'armes blanches.

Elle s'implante sur la rive gauche, au sud du faubourg de Châteauneuf.

Pendant 150 ans, la manufacture a marqué la ville et sa population.

De 34 ouvriers en 1819, elle en compte près de 8 000 un siècle plus tard.

Durant la Première Guerre mondiale, les ouvriers sont surnommés les "Manuchards".

 

La manufacture avant 1915, et la Vienne.

La manufacture est créée en 1820 pour remplacer celles de Charleville et de Mézières, de Maubeuge

pour les armes à feu, et Klingenthal pour les armes blanches en 1836.

La vocation première, à l'origine était la fabrication d'armes blanches,

mais très vite elle s'est mise aussi à fabriquer à partir de 1830 des armes à feu.

Elle assura à la ville une prospérité rapide et provoqua une vague de constructions civiles.

 

Suite aux guerres Napoléoniennes et à l'envahissement d'une partie de la France à cette époque, on s'est vite rendu compte que ces établissements étaient situés trop prés des frontières, dans des endroits sensibles et stratégiques...

 

Depuis le pont de Hogues, vues sur la manufacture.

Destiné à desservir la manufacture d'Armes, le pont de 145 m de long porte le nom de son commanditaire,

maire de Châtellerault lors de l'ouverture du pont à la circulation en 1900.

C'est le premier pont en béton armé de cette portée en France

et a été conçu par l'ingénieur François Hennebique.

 

Île Cognet : cette petite bande de terre est apparue en 1840

suite à une grande crue et aux aménagements de quais et de barrages sur la rivière.

Jusque dans les années 1960, l'île accueille régulièrement des fêtes et cavalcades.

Elle est accessible par une passerelle en dehors des périodes de crue et de nidification.

 

Plan du site en 2017.

(1) Centre AFPA - (2) Barrage E.D.F. - (3) Service Historique de la Défense - (4) Clubs sportifs

(5) Conservatoire Clément Janequin - (6) Ecole Nationale du cirque - (7) Embarcadère

(8) Jardin du Directeur - (9) Atelier - (10) La forge (patinoire, bar-brasserie)

(11) - Crèches Coccinelle et les P'tits loups - (12) Musée Auto Moto Vélo - (13) Skatepark- (14) Tours Vilmouth.

 

La manufacture est dotée de trois grands ateliers de fabrication en 1886-1887

dans le cadre de la production de fusil Lebel.

 

Ces halles de travail sont caractéristiques de l'architecture industrielle :

la charpente métallique et les toits vitrés autorisent espace et clarté.

 

Cet atelier est transformé en musée et ouvre ses portes au public sous sa forme actuelle en 1998.

 

Atelier de fabrication qui porte en façade la date de 1886-1887.

Il se distingue par sa grande verrière et la fonte décorée.

 

Pendant la Première Guerre Mondiale, la manufacture compte 7000 ouvriers et les commandes affluent. Jusque dans les années 1950, les armes produites alimentent alors l'armée française en Indochine, puis en Algérie. A partir de 1956, elle fabrique des pièces automobiles militaires. Malgré cela, la fermeture du site est annoncée le 2 avril 1961, et emploie alors 1700 personnes qui seront reclassées dans des entreprises locales d'électro-mécanique, d'autres partent en retraites anticipées.

 

Depuis le canal, vue sur les tours Vilmouth et au fond, le Musée Auto Moto Vélo.

 

A partir de 1964, la manufacture devient une annexe de celle de Tulle où de nombreuses machines-outils sont envoyées. Le 31 octobre 1968, la sirène sonne le glas et une page de 150 ans d'histoire de la ville se tourne ! Les bâtiments industriels sont alors peu à peu reconvertis.

 

 

Ces deux grandes cheminées de 45 m de haut témoignent de l'utilisation de la vapeur à partir des années 1880.

En 1994, le plasticien Jean-Luc Vilmouth les relie par une passerelle métallique.

Baptisé comme deux tours, l'oeuvre offre une vue panoramique sur le site de la Manu et sur la ville.

 

Les premières armes sont fabriquées dans des usines conçues comme des moulins :

entre chacune d'elle, l'eau arrivant du canal alimente des roues qui entraînent les machines.

De ces usines ne subsiste que ce bâtiment, "La forge", transformé en patinoire et récemment restauré et agrandi.

 

Un canal est créé pour l'alimentation en eau des usines hydrauliques construites en bord de Vienne.

 

Créé au XIX° siècle, au bout du canal, le jardin du Directeur.

Ce lieu de plaisance est destiné aux promenades du Directeur et de sa famille.

(En retrait des ateliers, c'est aussi là que l'on stockait la poudre pour éviter les accidents).

 

Photo de droite, la "Vigeanne", une reproduction d'un bateau traditionnel.

 

Dans le projet d'implantation de la manufacture, il est prévu que la force motrice des eaux

de l'Envigne et de la Vienne soit utilisée pour actionner les machines.

 

Cinq usines hydrauliques sont édifiées en bord de Vienne : 3 pour la fabrication de l'arme blanche et 2 pour l'arme à feu. Elles sont alimentées par le canal qui déverse l'eau dans des pertuis aménagés entre chaque usine, où sont installées des roues en fonte, qui dès 1844, seront remplacées par des turbines plus puissantes.

 

 

Bâtiments occupés par le service Historique de la Défense.

 

Au centre, photo de la centrale électrique.

 

Photo de droite, cet austère bâtiment en pierre est le plus ancien du site.

Daté de 1828, il accueillait l'administration.

Appelé bâtiment de l'horloge, sa cloche rythmait autrefois la vie des ouvriers.

En 2011, il devient le Conservatoire de Musique et de Danse Clément Janequin,

compositeur du XVI° siècle, né à Châtellerault.

 

 

Bâtiments occupés par l'AFPA. (Centre de formation pour adultes, (bâtiment, industrie et tertiaire).

La fonte, la brique et le verre, remplacent la pierre et le bois.

 

Parmi les diverses fabrications d'armes fabriquées par la manufacture de Châtellerault, on peut citer :

▪ Le très célèbre fusil Chassepot utilisé pendant le conflit de 1870 , ainsi que le Lebel Mod. 86M93 tout aussi réputé, mais utilisé cette fois pendant la guerre de 1914-1918, sortis tout droit de la manufacture.

▪ Il a même été élaboré le fameux frein hydraulique du canon de 75mm, nécessitant un usinage des plus délicats,  utilisé pendant la 1ère guerre mondiale.

▪ À la suite de celle-ci, l’armée française veut se moderniser car elle possède un matériel partiellement dépassé. Le fusil-mitrailleur Chauchat n’était pas très facile à armer et était victime d'un enrayement fréquent. Elle commence donc à changer ses fusils et mitrailleuses. La manufacture d'armes de Châtellerault produit à partir de 1924 le MAC 24/29.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/

"Parcours architectural de Châtellerault", de  24 pages, O.T. Châtelleraudais

"Laissez-vous conter la Manufacture d'Armes de Châtellerault"

Brochures de 24 pages, Edité par le Pays d'Art et d'Histoire de la ville

C.P.A. collection privée en prêt

Visite et photos, Chantal Guyon, le 21 mai 2017

 

 

Chantony - Patrimoine et Histoire  
50660 - Lingreville